ACTUALITÉ MONDIALE: L’Europe qui résiste

« En assassinant Trotski, les États-Unis faisaient coup double. »

Louis Scutenaire, Mes inscriptions

Italie

Pour les jeunes à qui on cache tout :

Giulietto Chiesa est un journaliste et homme politique italien né en 1940. Il a dirigé la Fédération de Gênes du PCI de 1970 à 1979. Il a été, pendant des années, correspondant à Moscou de L’Unità et de La Stampa, et parle donc couramment le russe.

En 2005, à Bruxelles, il a participé à la conférence anti-impérialiste Axis for Peace, organisée par le Réseau Voltaire. Comme Thierry Meyssan, il a très tôt remis en cause la version officielle des attentats du 11 septembre 2001 et leur a consacré unfilm, intitulé zéro. Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages, dont Le carcere segrete della CIA in Europa, Edizioni Piemme, 2007 (« Les prisons secrètes de la CIA en Europe », inédit en français, vous m’étonnez).

Après avoir été député européen pour l’Italie, il a été candidat à la même fonction pour représenter la minorité russophone de Lettonie, mais n’a pas été élu.

En décembre dernier, à Talinn, Estonie, Giulietto Chiesa a été arrêté par la police et expulsé du pays pour avoir évoqué le rôle des Américains dans ce qu’il est convenu d’appeler l’Euromaidan.

Les jeunes gens du Saker-Italia sont allés l’interroger.

Questions à Giulietto Chiesa

Comme nous l’avions annoncé, Giulietto Chiesa a répondu à la demande de notre communauté. Nous ne voulons pas occuper trop de place dans cette interview, que nous estimons très importante par le nombre de thèmes abordés, par la précision de Giulietto Chiesa et la profondeur de ses réponses. Nous nous limiterons à attribuer à cet événement choral trois motifs : participation, générosité, sérieux. La participation est la vôtre. Nous sommes une publication jeune, mais nous avons déjà une équipe solide et en expansion, de personnes qui s’y consacrent avec intelligence et passion. Merci à vous tous, lecteurs. La générosité et le sérieux sont ceux de Giulietto Chiesa. Porter sur ses épaules presque entièrement le poids de la bataille pour la paix en Italie et dans une bonne partie de l’Europe demande un sacrifice personnel qui est le signe d’une grande générosité humaine, qui se manifeste aussi au moment où une personnalité connue du grand public décide de se priver d’une partie de son temps libre et d’en faire cadeau à la curiosité des lecteurs d’un blog comme le nôtre. Répondre avec le soin et l’attention que vous trouverez certainement dans les lignes que vous allez lire est preuve de son sérieux. Il n’y a rien d’autre à dire. Merci Giulietto Chiesa, merci Communauté Saker. Et bonne lecture. (Marco Bordoni)

608747494À la fin des années 20 du siècle écoulé, l’opposition trotskiste appelait la Russie « un état travailliste dégénéré », en dénonçait l’absolutisme, le « bureaucratisme », et appelait les travailleurs à une révolution mondiale non seulement contre la bourgeoisie, mais aussi contre les « bureaucrates » des partis, qu’elle assimilait à la bourgeoisie. Aujourd’hui, beaucoup de voix, à gauche, accusent la Russie d’être un pays fasciste et absolutiste, en dénoncent la structure économique libérale, accusent de  « rougebrunisme » ses amis, et soutiennent qu’on ne changera pas le monde en rééquilibrant les rapports de force entre les puissances et au moyen des organisations politiques, mais par des révolutions, organisées par des mouvements improvisés, à travers lesquels on devrait imposer universellement la conception atlantique des droits civils. Voyez-vous quelque similitude ?

Non. La gauche, en Italie et en Europe, a raté le train. À retourner en arrière lire les catéchismes du passé, on risque de ne rien comprendre à ce qui arrive aujourd’hui. Il n’y a aucune similitude. Faire ce genre de parallèle ne sert à rien. La situation est tellement différente… Elle a tellement changé. Par conséquent, les mots dont on se sert là sont inadaptés. Avec le temps leur signification a changé, c’est pourquoi je trouve qu’utiliser le vocabulaire du marxisme-léninisme-trotskisme pour expliquer la situation actuelle est inadéquat. Je ne saurais même pas par où commencer pour réfuter une approche aussi datée. En second lieu, toujours pour être très synthétique, je ne crois pas qu’il soit approprié de parler d’« affrontement entre impérialismes » mais d’un affrontement entre l’impérialisme américain et le reste du monde, dont la Russie et la Chine sont les deux principaux représentants. Mais pas parce qu’elles sont impérialistes : simplement parce que, tant la Russie que la Chine sont en train de résister à une offensive déchaînée contre elles par l’Empire entré en décadence. C’est sûr qu’elles sont aussi deux pays capitalistes, mais s’en tenir à cette constatation n’explique rien. Quant au « rougebrunisme » de la Russie, ce n’est à mes yeux qu’une imbécilité. C’est mon opinion : je l’ai déjà écrit des dizaines de fois et, en cela, je me démarque de ces positions, qu’elles soient de gauche ou pas. Quant à la révolution à faire, j’inviterais au réalisme. Ce seront les peuples russe, chinois, indien qui la feront. Nous, Européens, somme marginaux et sans influence.

4269994190

Euromaidan. Pour Chiesa, cataloguer « trotskistes » les révolutions colorées n’a aucun sens. «C’est tout à fait inadéquat. Je ne saurais même pas par où commencer pour réfuter une approche aussi datée. »

Dans le cadre que j’ai décrit, on voit se former des convergences inédites. Des partis post-communistes se retrouvent souvent sur des positions euro-sceptiques et pro-russes, au coude à coude avec les nouvelles droites souverainistes comme celles de la Le Pen en France et de la Lega en Italie. Les partis dits réformistes défendent les agressions des USA, la discipline financière, les régimes fiondamentalistes et les néo-nazis installés par les révolutions colorées. Croyez-vous que ces convergences soient seulement occasionnelles ou qu’elles sont destinées à évoluer vers un scénario politique tout à fait nouveau, polarisé sur la dialectique souverainisme-globalisme ?

Le scénario, s’il y en a un, je ne crois pas qu’il sera défini par cette antinomie. Encore une fois, il me semble que nous nous faisons des illusions quand nous avons même l’idée de dicter leur programme aux 7 autres milliards d’individus. C’est tout simplement ridicule. Le programme de l’avenir est celui-ci : guerre mondiale, oui ou non ?

J’ai lu, lorsqu’il est sorti il y a sept ans, le livre de Maurizio Blondet* Stare con Putin ? (Effedieffe, 2007. NdT)  Partagez-vous plus ou moins son point de vue ? 

Je n’ai pas lu le livre, je ne puis donc pas porter un jugement. Ma position est la suivante : la Russie d’aujourd’hui constitue le premier et plus important rempart susceptible d’arrêter les États-Unis. Qui s’en vont en guerre. Si la résistance de la Russie s’effondre, le conflit armé entre la Chine et les États-Unis deviendra inévitable.

J’aimerais que vous estimiez la valeur géopolitique du mouvement de Beppe Grillo. Ne vous semble-t-il pas que quelques-uns de ses traits distinctifs (rhétorique anti-corruption, philosophie politique du minimum d’état, absence d’idéologie de rechange explicite, merchandising sur Internet, etc.) rappellent ceux de certains mouvements « colorés » ? Je m’explique : Croyez-vous que les États-Unis pourraient s’intéresser au mouvement Cinq Étoiles, si la dynamique de la politique internationale rendait à l’Italie un rôle-clé et si des tensions surgissaient entre les deux rives de l’Atlantique ?

Le mouvement Cinq Étoiles n’a jamais été et ne sera jamais une alternative  de système. Il est l’expression de la crise politique et de la crise de la politique. Sa poussée populaire est d’ailleurs en voie d’exhaustion et il court le risque d’un émiettement. Dire s’il sera utilisé par les États-Unis et si oui, comment, me semble une question prématurée. Ce qui est sûr, c’est qu’il se trouve dans un état de paralysie grave.

Entre Poutine et Berlusconi, y a-t-il une véritable amitié ? (Roberto Santi)

De la part de Berlusconi, certainement. Poutine est plus subtil. Mais au-delà de l’amitié, il y a les intérêts. Et ceux-là ont coïncidé et coïncident.

Quels sont les dangers pour les pays européens qui ne s’alignent pas, comme la Serbie, la Hongrie et, demain peut-être, la Grèce ? (Stefano Orsi)

La Hongrie est en Europe, et, donc, pour l’instant, encore alignée.Assurément, les régimes de ces pays sont dans le collimateur. Il y aura des pressions très fortes, qui pourront aller d’un discrédit de leurs dirigeants aux sanctions économiques et jusqu’à la liquidation physiques des directions politiques de ces pays. Je crois donc que chacun de ces chefs d’État dezvra tenir compte du fait qu’aux États-Unis, il y a une direction qui est prête à tout pour éliminer les récalcitrants. De fait, pour ces dirigeants, les choses seront difficiles, comme elles le sont en ce moment pour tous les dirigeants européens.

354694244

Victor Orban et Vladimir Poutine à Moscou. Pour Chiesa, les dirigeants européens qui oseront défier les États-Unis devront affronter des risques graves « du discrédit aux sanctions, et jusqu’à la liquidation physique ».

Un de nos lecteurs propose un scénario complexe, qui suppose, au préalable, l’effondrement économique, politique et social de l’Union européenne. Au cas où cette hypothèse se vérifierait, le lecteur se demande si la Russie pourrait résister à la tentation d’intervenir directement comme facteur stabilisateur en Europe occidentale. (Luigiza)

Je ne crois pas que la Russie actuelle envisage ce genre de scénario, qui me paraît très abstrait et irréaliste.

Qu’est-ce que les USA ont sous-évalué de la renaissance russe au cours des quinze dernières années ? (Roberto Santi)

Obama et les néo-cons ont pensé que Poutine céderait,  si on l’attaquait en Ukraine. Ils se sont trompés.En outre, l’offensive occidentale a provoqué une très forte prise de conscience chez des dizaines de millions de Russes. Poutine les représente remarquablement.

Ces derniers mois, nous avons assisté à des ouvertures surprenantes de la part de la présidence Obama : Cuba, l’Iran, et, dans une moindre mesure, la Biélorussie et la Corée du Nord. C’est une stratégie cohérente ou une improvisation ? L’objectif est-il d’enlever des alliés potentiels à la Russie et à la Chine ? Ou de déstabiliser ces pays après avoir normalisé les relations avec eux, comme l’enseignent le précédent libyen et la remarque de Kissinger, selon qui les États-Unis sont des ennemis dangereux et des amis mortels ? (Stefano Orsi)

Il me semble qu’il n’y a aucune possibilité de normaliser les relations avec tous ces interlocuteurs, moins que jamais avec la Corée du Nord et la Biélorussie. Non, je ne crois pas. Ce sont là des opérations tactiques d’Obama, qui s’apprête à remplir la dernière période de sa présidence – l’ultime phase de son second mandat – en tentant de laisser quelque chose qui ait un peu à voir avec ses programmes initiaux. Obama est un canard boiteux. Il peut juste essayer de modifier le jugement de l’Histoire sur ses deux mandats. Je doute qu’il y réussisse. Avec Cuba, quelque chose de bon pourrait en sortir… si les Républicains le laissent faire. Avec Téhéran, ce ne sera pas Obama qui décidera. Tout ce qu’il peut faire, c’est rafraîchir son maquillage.

Le rédacteur d’une revue d’études stratégiques émet l’hypothèse d’un scénario qui voit une normalisation des rapports USA-Iran dans une optique anti-russe (à l’exemple du précédent cubain), une distanciation vis-à-vis des États-Unis de la part d’Israël, assortie d’un rapprochement avec la Russie, qui pourrait avoir la faveur du russophone Lieberman. Une telle évolution vous paraît-elle possible ?

Il est certain qu’un repositionnement anti-russe de l’Iran serait très avantageux pour les États-Unis. Je doute que ce soit un scénario réaliste. Israël se cherchera d’autres protecteurs, dans le cas où les États-Unis deviendraient trop faibles. Seulement dans ce cas.

Une de nos lectrices se souvient de quelques indiscrétions qui ont circulé en mars dernier, à propos de tractations supposées entre la Russie et la Pologne pour une partition de l’Ukraine. En substance, on parlait d’assigner à la Pologne le Nord-Ouest et à la Russie le Sud de ce pays. Chiara se demande si ce scénario a encore une chance de se réaliser pacifiquement et si, dans le cas contraire, la guerre est une option probable. (Chiara)

Ce scénario est irréaliste, et, quoi qu’il en soit, je ne crois pas qu’il soit réalisable pacifiquement. Avant tout, la Russie n’est pas intéressée par ce genre d’échange, si tant est que la Pologne le soit, mais je doute qu’on puisse réaliser quelque scénario de ce genre de manière pacifique. Il n’est possible de le faire que par une guerre.

3424817566

Partition de l’Ukraine. Selon Chiesa, c’est une proposition irréalisable, sans compter que la Russie « n’est pas intéressée ».

La guerre est-elle terminée ou y a-t-il un risque qu’elle reprenne ? (Stefano Orsi)

La guerre en Ukraine n’est pas terminée du tout. Si et comment elle reprendra dépend des États-Unis. Et dépend de la docilité des dirigeants européens.

Un de nos lecteurs, qui vit en Ukraine, considère que la question de la Crimée est une pomme de discorde potentielle qui pourrait provoquer un conflit général entre l’Ukraine et la Russie. Il se réfère au fait que la majorité des personnalités politiques ukrainiennes insistent pour inscrire la reconquête de la péninsule dans les priorités du pays. Il serait facile au gouvernement de Kiev d’organiser une provocation pour entraîner la Russie dans un conflit à vaste échelle. Notre lecteur pense qu’une reconnaissance du retour de la Crimée à la Russie par les autres pays des BRICS pourrait décourager l’Ukraine, et se demande pourquoi ces pays, en particulier la Chine, n’ont pas encore agi dans ce sens. (Matteo Cam).

Naturellement, si les pays des BRICS reconnaissaient la nouvelle physionomie d’état de la Russie et l’adhésion de la Crimée, ce serait utile à la Russie, c’est évident. Mais je ne le prévois pas à brève échéance. Sans compter le fait que mettre ensemble tous ces pays n’a pas beaucoup de sens, parce que la Chine, par exemple, ne reconnaîtra pas le nouvel état de fait, bien qu’elle n’ait en rien l’intention de nuire à la Russie. Elle ne le reconnaîtra pas parce qu’elle a ses propres problèmes à propos de Taïwan et du Tibet. Elle s’abstiendra donc de prendre position. La position du Brésil et d’autres états est différente. Mais je crois qu’aucun ne fera un geste dans cette direction. Ceci, pour la partie qui fait référence à la position des BRICS. Je suis en revanche en complet désaccord avec l’hypothèse qu’il puisse y avoir une quelconque possibilité de retour de la Crimée à l’Ukraine. C’est tout à fait hors de question. Cette hypothèse n’existe pas : elle ne pourrait exister qu’en cas de guerre mondiale. Oui, bien sûr, s’il y a une guerre mondiale, quelqu’un pourra rouvrir la question, mais penser que la Russie, dans l’état actuel des choses, puisse renoncer à la Crimée, équivaut à penser que la lune puisse quitter l’orbite de la terre et se mettre à tourner autour de Sirius.

Pourquoi la Russie a-t-elle arrêté si tôt l’offensive novorossienne ? Si les miliciens avaient pu s’éloigner de Donetsk et de Lougansk d’une cinquantaine de kilomètres et libérer aussi Marioupol, la phase de négociations qui s’en est suivie aurait été beaucoup plus simple, parce qu’elle n’aurait pas été troublée par les massacres de civils, provoqués par les bombardements continuels des gouvernementaux, campés à peu de kilomètres du centre de Donetsk. (Elisabeta Gavilina)

Je ne crois pas que la Russie ait arrêté grand-chose. La Russie a exercé une influence sur la situation, mais seulement de façon relative. C’est sur le terrain  que se sont décidées beaucoup de choses. Et beaucoup de choses n’avaient été prévues par personne. La Russie a agi en tenant compte du cadre mondial, pas seulement du cadre local. La crise ukrainienne est une crise qui a une caractéristique locale précise, mais c’est en même temps une partie importantissime de la crise mondiale. Je crois, par conséquent, que Poutine a dû tenir compte de tous ces facteurs, et tous ces facteurs ont contraint la Russie à tenir compte de l’opinion publique européenne. Si la Russie s’était présentée comme un pays expansionniste, cela aurait été bien pire. Poutine a voulu montrer à tous que la Russie n’était pas intéressée par un élargissement de ses frontières. Elle l’a fait en Crimée parce qu’elle ne pouvait rien faire d’autre dans ces circonstances. Mais aller au-delà n’entre pas dans les plans de Poutine. Nous verrons bien, mais Poutine n’a pas l’intention de s’approprier une autre partie de l’Ukraine.

3556552991Entre fin août et début septembre, l’armée novorossienne a lancé une offensive qui a infligé des pertes épouvantables aux troupes de Kiev. Pour Giulietto Chiesa, l’issue du conflit s’est décidée principalement « sur le terrain ». (Source de l’image : Colonel Cassad)

Quelles peuvent être les possibilités réelles de l’extension à d’autres Oblast de la révolte qui a caractérisé la naissance de la Novorossia ? (Stefano Orsi)

Si Kiev ne change pas sa ligne anti-russe, tôt ou tard éclateront des révoltes dans les parties « russes » restées en dehors du Donbass, désormais indépendant du reste de l’Ukraine.

L’engagement russe dans l’aide au Donbass va-t-il se poursuivre ? Croyez-vous possible que la Russie abandonne le Donbass, dans l’éventualité d’une nouvelle offensive ukrainienne ? (Stefano Orsi)

Non, je ne crois pas que, dans le cas d’une offensive militaire (qui se transformerait en massacre) la Russie puisse rester les bras croisés. Je ne le crois vraiment pas. Parce que Poutine doit aussi tenir compte de l’opinion publique russe, et que l’opinion publique russe est en ce moment très mobilisée, psychologiquement, sur l’aide à apporter au peuple russe d’Ukraine. Par conséquent, un retrait russe et une renonciation complète à la défense des intérêts des Russes d’Ukraine ma paraît improbable. La Russie essayera de trouver une solution, disons pacificatrice, avec une indépendance de fait des régions du Donbass, qui, cependant, ne seront pas incorporées à la Russie. C’est certainement la solution que la Russie préférerait : l’indépendance ou une très large autonomie, pour une longue phase historique de ces deux régions, et après, on verra. C’est la position que je vois à Moscou. Après quoi, si l’Ukraine (qu’il soit clair que, quand je dis « l’Ukraine », je veux dire « les États-Unis d’Amérique ») a l’intention d’aller à l’offensive, je ne crois pas que Poutine laissera faire. Qu’il puisse laisser faire dans une situation de ce genre, je n’y crois absolument pas.

Peut-il exister des risques, en conséquence des accords intervenus entre les États-Unis et l’Ukraine dans le but d’alimenter en combustible américain les centrales nucléaires du pays ? Dans l’affirmative, on se demande pour quelle raison l’Union européenne ne soulève pas d’objections. (Stefano Orsi)

L’Union européenne n’en finit pas d’être enjambée par les décisions américaines en Ukraine. C’est là le problème principal des Européens.

« Récemment, la Russie a commencé à vendre à l’Ukraine de l’énergie électrique et du charbon. Cette action a laissé pantois beaucoup de ceux qui soutiennent la Novorossia. Pensez-vous que cela puisse être lié à la crainte d’un accident nucléaire du genre Fukushima, par interruption de l’alimentation électrique et fusion consécutive du noyau dans un des réacteurs ukrainiens ? » (Fabio Santoni)

La décision russe est dans la tradition : considérer dans tous les cas l’Ukraine comme un pays frère. Ce sont là des gestes politiquement importants pour désamorcer la russophobie de la partie occidentale de l’Ukraine.  En ce qui concerne les risques d’accident, je pense que la situation intérieure de l’Ukraine, son désastre économique, la corruption, le désordre social et technologique, bref, que tous ces facteurs augmentent les risques d’accident, comme cela s’est produit à Tchernobyl. Mais je pense aussi que les États-Unis feront attention à ne pas laisser se produire ce genre de chose. Si jamais cela arrive, ce sera une catastrophe aussi pour l’Europe. C’est pourquoi j’ai l’impression que, sur ce point, le contrôle américain sera très attentif.

L’Occident a deux options : lent déclin ou guerre mondiale

De 2004 à aujourd’hui, vous aurez pu noter les évidentes incohérences politiques, dans les actions entreprises par la direction de Bruxelles : quelles seront, d’après vous, les conséquences d’une austérité qui ne donne aucun signe de vouloir diminuer, tandis que ces mêmes dirigeants européens pillent les caisses d’une nation après l’autre ? Beaucoup de conspirations, en ce siècle, se sont avérées véritables et risquent très fort d’offrir un tableau plus complet de la vérité que les médias n’arrivent à le faire. Vers quoi nous dirigeons-nous, mondialement et localement ? Y a-t-il une lueur à la fin du tunnel ? (Sascha Picciotto).

Vers quoi nous dirigeons-nous ? Il n’y a pas d’équivoque. Nous nous dirigeons vers la IIIe Guerre mondiale. C’est ma conviction. L’Europe sera entraînée bon gré mal gré dans l’orbite américaine, parce que, désormais, tous les Européens sont soumis au chantage des Américains et ne réussiront pas à s’en libérer, ce qui veut dire que les Américains réussiront très probablement, grâce au Traité Transatlantique (TTIP), à transformer de fait l’Europe en un de leurs appendices, c’est-à-dire l’angliciseront. C’est ainsi que je vois les choses. Car je ne vois pas de forces adéquates susceptibles de s’y opposer. L’Europe verra croître les forces de droite et nationalistes qui finiront par l’affaiblir du point de vue de sa capacité d’agir comme entité supranationale. C’est pourquoi je prévois une crise dramatique de l’Union européenne en tant que telle dans l’immédiat. La perspective n’est donc liée qu’à deux acteurs fondamentaux. Premièrement, la Russie et sa capacité de résister à l’attaque dont elle est l’objet financièrement, politiquement, et ainsi de suite. Je crois que la Russie résistera. Deuxièmement la Chine. La Chine est l’alliée de la Russie et la Russie résistera avec l’aide de la Chine. On se trouvera ainsi dans une situation orwellienne d’affrontement entre l’Asie et l’Occident (Russie et Chine unies). Cette situation peut déboucher sur la guerre. Il est possible qu’elle débouche sur la guerre. Il se peut aussi qu’elle se résolve par une lente et inexorable agonie de l’Occident. Ce sont les deux variantes possibles. Pour l’Occident, vaincre dans cet affrontement est exclu, parce que les perspectives de croissance mondiale qui l’ont soutenu tout ce XXe siècle n’existent plus.

3368636592

1972 : Nixon rencontre Mao. Aujourd’hui, les USA et la Chine sont sur une trajectoire de collision. Selon Giulietto Chiesa « la Chine est l’alliée de la Russie et la Russie résistera avec l’aide de la Chine. On se trouvera ainsi dans une situation  orwellienne d’affrontement entre l’Asie et l’Occident (Chine et Russie unies) »

Le fait que vous soyez « à contre-courant » est archi-connu, et maintenant, votre expulsion d’un pays démocratique – mais la démocratie existe-t-elle aujourd’hui ? – le confirme de manière éclatante. Devons-nous nous attendre à un accroissement du nombre des personnes déclarées non grata dans cette Europe soi-disant unie et démocratique ? (Kingeagle)

L’épisode qui m’a concerné n’est que le test réactif d’une situation intolérable, où on trouve des pays membres de l’Union européenne qui bafouent impunément les règles européennes en matière de droits humains. Contre les minorités russes.

Après les attentats qui ont eu lieu à Paris et ce qui vous est arrivé à Tallin, les personnes qui se mêlent de contre-information doivent-elles craindre pour leur sécurité ou même simplement d’être victimes de contretemps très désagréables dans leur vie quotidienne ?

Ben… si les choses continuent ainsi, j’imagine que oui. De la rencontre à Bruxelles des ministres des Affaire étrangères européennes, je crois que vont sortir les premières décisions comparables à un coup d’état, parce que c’est dans cette direction qu’on va : réduction des libertés démocratiques dans les pays occidentaux, forte augmentation des pouvoirs arbitraires des polices et des magistratures. Il s’agira d’une évidente prise en main autoritaire, qui est en préparation. Par conséquent, tous ceux qui voudront être libres de critiquer se trouveront certainement dans des conditions plus mauvaises.

4007130590

Le lancement de Pandora TV : une réalité qui fournit une information alternative à des centaines de milliers d’Italiens. Ceux qui veulent aider Giulietto Chiesa peuvent le contacter.

Une dernière chose : les gens qui, éventuellement, voudraient aider votre cause ou faire quelque chose pour tenter de conjurer l’hypothèse la plus pessimiste vous ayez énoncée peuvent-ils vous contacter ? De quelle manière peuvent-ils entrer en relation avec votre groupe ?

Ils peuvent me contacter en écrivant à Alternativa, dont le site est

http://www.alternativa-politica.it

Nous répondons à tous ceux qui s’adressent à nous. Ou bien qu’ils me contactent sur Facebook (tant que cela dure). Premier point, je vous annonce que mon intention est de promouvoir… seul ou avec d’autres, on verra qui sera d’accord, une campagne internationale pour la dissolution de l’OTAN et pour la sortie de l’Italie de l’OTAN. C’est la forme d’activité qui est la plus efficace. Non que je croie cet objectif accessible dans l’immédiat, ni qu’on puisse sortir de l’OTAN du jour au lendemain. Tout le monde est bien conscient que le rapport des forces actuel rend cette tâche extrêmement difficile. Mais je pense que si le peuple italien donnait un signal fort dans cette direction, en même temps que le peuple grec, que le peuple espagnol et d’autres peuples européens, cela mettrait en place un solide élément de modification du tableau politique. Je voudrais que des millions d’Italiens, qui ont peur de ce qui est en train de se produire, comprennent que c’est une façon essentielle d’endiguer le péril qui nous menace tous et qu’ils fassent entendre leur voix. Nous avons un allié qui nous mène à la guerre. Tous ceux qui ne croient pas que cette guerre est juste, qu’elle n’est au contraire que de la démence, doivent le faire savoir. Faire cela signifie se battre pour que l’Italie sorte de l’OTAN et pour que déferle une forte vague d’exigences dans ce sens. Deuxième point : si quelqu’un veut m’aider, il doit savoir que je fais PANDORA TV, qui est désormais un point de référence pour 200.000 – 300.000 personnes en Italie. J’ajoute que ma page Facebook a enregistré hier 498.000 contacts. Ce qui signifie qu’autour de moi, en ce moment même, est en train de se rassembler un fort mouvement politique, pour la première fois depuis que le mouvement Cinq Étoiles a frappé. Mes excuses, mais c’est ainsi. Il faut préparer l’alternative à la grande déception que cette régression du M5S va provoquer. Je ne me fais pas d’illusions, et je ne me prends pas pour l’héritier de ce mouvement. Je raisonne et j’agis dans l’intérêt national. Tant mieux si le M5S se secoue et arrête de rater le train de la crise européenne et mondiale. Le M5S n’a pas été capable de comprendre ce qui se passait en Ukraine. Il semble incapable de comprendre ce qui s’est passé à Paris. Il n’a aucune interprétation de la crise mondiale. C’est dommage pour lui et pour nous tous. Je peux offrir mes connaissances. Si on les refuse ou si on ne les comprend pas, il ne me reste qu’à continuer quand même.

Source : http://sakeritalia.it/interviste/intervista-giulietto-chi…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s