Génocide d’enfants indiens au Canada:De l’origine du génocide

Société contre l’État: De l’origine du génocide (Introduction au livre de Kevin Annett « Hidden no Longer: Genocide in Canada past and present »)

https://editionsmariquita.files.wordpress.com/2013/10/6242d-reverend-kevin-annett.jpg

“La colonisation est la civilisation… Si nous, la race supérieure, prenons les terres des autres races, nous devons complètement détruire les habitants précédents” ~ Edward Bulwer-Lytton, co-fondateur de la province de Colombie Britannique au Canada et membre de l’assemblée législative, 1868 ~

“Je vais peut-être devoir employer la ‘solution du Colorado’ et ordonner à tout homme blanc de tuer tout Indien dans sa province.” ~ Frederick Seymour, premier ministre de la Colombie Britannique, 1868 ~

Société contre l’État: L’origine du génocide ou la fonctionnalité du pacte originel entre le prêtre, le guerrier et le juge

 

Résistance 71

 

18 Septembre 2013

 

En 2008, le gouvernement Harper du Canada fut contraint d’annoncer à la fois des “excuses” aux survivants des pensionnats indiens et la création d’une “Commission sur la Vérité et la Réconciliation”. Ceci ne vint pas du plein gré d’un État repentant, mais fut le résultat toujours bien insuffisant, d’une longue campagne pour la vérité sur le génocide des Indiens du Canada depuis l’arrivée de l’homme blanc et de l’église sur le sol nord-américain.

A la pointe de cette lutte pour la vérité se trouve un ancien révérend de l’Église Unifiée du Canada, Kevin Annett, qui pour avoir remué la fange des turpitudes et des crimes contre les nations indigènes résultant du pacte entre l’église (catholique et protestante) et l’État, fut excommunié sans autre forme de procès en 1997. Prenant ses fonctions de prêtre dans la paroisse de Port Albeni en Colombie Britannique (Côte Ouest du Canada) en 1993, il reçut, alors qu’il essayait de rapprocher les communautés blanche et native l’une de l’autre, un certain nombre de témoignages au sujet d’exactions, de crimes et de disparitions ayant eu lieu dans le pensionnat pour Indiens de l’endroit. L’horreur qu’il découvrit fut amplifiée par le fait de la complicité évidente de sa propre hiérarchie cléricale, des autorités locales et fédérales. Annett allait mettre à jour au fil des années, les crimes d’un système qui ne furent pas isolés, mais programmés et contrôlés à l’échelle nationale.

Au début de 2007, Annett diffusa largement un documentaire qu’il avait réalisé sur le sujet des décès massifs des enfants, adolescents autochtones dans les pensionnats: “Unrepentant”. Ceci fut suivi par l’appel d’un parlementaire indien Gary Merasty pour la rapatriation des restes des enfants enterrés dans des tombes secrètes et dans les paroisses, dans leur nation d’origine.

Le taux de mortalité par exposition volontaire à des maladies contagieuses comme la tuberculose, ou résultant de violences physiques et sexuelles dans les pensionnats d’état ou religieux fut de l’ordre de 45-50% entre 1893 et 1996 (date de la fermeture du dernier de ces lieux d’horreur). L’estimation des décès dans cette même période est de 50 à 100 000 enfants, incluant les disparus qu’on ne revit jamais…

Kevin Annett écrivit un livre documentant ces atrocités: “Hidden no Longer: Genocide in Canada past en present” (2001, troisième édition: 2010).

Venant d’un prêtre, Annett dresse un effroyable portrait sans complaisance pour les églises chrétiennes et l’état provincial et fédéral. Nous avons traduit l’introduction de son livre que nous publierons en seconde partie, introduction qui nous révèle les origines greco-judéo-chrétienne du génocide, préconisé dans toute mission coloniale comme les bulles papales de 1455 et 1493 le démontreront.

Le contenu de ce que vous allez lire n’est pas seulement choquant, il est révélateur de la collusion oligarchique aux plus hauts niveaux de la société occidentale quelle soit religieuse ou séculière. Nous voyons en ce texte un puissant antidote contre la dissonnance cognitive, le refus souvent d’admettre la réalité des faits lorsque cela dérangent nos certitudes, nos concepts et notre bien-pensance souvent illusoire et hypocrite.

Laissons la parole à Kevin Annett qui en parle bien mieux:

La destinée et le choix personnel m’ont forcé non seulement à écouter ces témoignages, mais aussi à donner une plateforme d’expression à ces centaines, ces milliers de voix d’hommes et de femmes autochtones dont vous allez lire les histoires d’horreur dans ces pages. Le résultat de ceci fut que le visage du Canada changea à tout jamais.

Mais ceux que vous n’entendrez pas sont les plus de 50 000 enfants qui sont morts des coups, des famines induites, des viols, des tortures ou d’avoir été délibérément exposés à la tuberculose et qui ont été laissés à tousser et cracher leur vie dans la promiscuité et la terreur, tout cela aux mains d’hommes et de femmes, chrétiens, qui n’ont jamais été poursuivis pour leurs crimes.

Ces enfants assassinés gisent dans des tombes oubliées de tous partout au Canada ou leurs cendres ont été dispersées en mer ou sur terre après avoir été incinérés dans les chaudières des pensionnats pour cacher le crime qui leur a ôté la vie. Mais ils ne sont pas complètement disparus et leur jour viendra, grâce en partie au travail et aux campagnes associés à ce livre.

La vérité libèrera les peuples, à tout jamais !

 Le salut de l’occident viendra des peuples qui briseront les chaînes du colonialisme, ensemble…

Nous sommes tous des colonisés… Luttons ensemble contre cette même oligarchie qui nous oppresse tous depuis bien trop longtemps !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s